Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Compte-rendu de la réunion du Collectif Chinonais Environnement du 10 octobre 2018.

Prochaine réunion du Collectif : Mercredi 14 novembre à 20 h, salle B de l'ancien Collège, accès par le 56 rue Jean-Jacques Rousseau.

Voir le compte rendu de la réunion du 10 octobre ci-dessous :

Voici  le compte-rendu de la réunion du Collectif Chinonais Environnement du 10 octobre 2018.

1 / Point d’information concernant la représentation du Collectif Chinonais Environnement à la Commission locale d’information (CLI) de la centrale nucléaire 
Michel Fiszbin rappelle sa proposition de continuer à représenter le Collectif à la CLI, tant qu’il ne sera pas effectivement remplacé.

2 / Organisation du ciné-débat  co-organisé avec le CPIE au cinéma Le Rabelais de Chinon, mardi 20 novembre à 20 h : “Le temps des forêts” de François-Xavier Drouet 
(Marie-Christine, Franck, Marie-Hélène, Dominique, Françoise)
Le débat portera sur l’état et la situation de la forêt dans le chinonais et aura pour intervenants :
- Dominique de Villebonne, déléguée pour la Région Centre Val de Loire de l’ONF ;
- Franck Massé, Technicien au CRPF (Centre Régional de la propriété forestière) pour l’Indre et Loire sur les questions techniques et les questions de maladie des arbres et d’impact du réchauffement climatique ;
Mr Antoine Reille, président du syndicat des propriétaires forestiers de Touraine (participation à confirmer).

Rédaction textes flyer /affiche et dossier de presse : Marie-Christine

Participation du Collectif à la diffusion des flyers et affiches dans les mêmes termes que pour le ciné-débat de mars 2018.
Les documents sont attendus à partir du 29 octobre.

3 / Mobilisation “Zéro phyto”/ Rassemblements “Nous voulons des coquelicots”

Bilan du 1er rassemblement du 5 octobre devant la mairie de Chinon : 
A l’appel du Collectif et de l’association “Les Jardiniers des Hucherolles”, 120 personnes se sont réunies, venant de plusieurs communes du Chinonais et intéressant quelques passants.
Après avoir annoncé ce rassemblement, la Nouvelle République en a fait le 7 octobre un compte-rendu intéressant, tant par son contenu que par son importance : une pleine page, dans la rubrique ”santé” (pièce jointe).
Un rappel de ce rassemblement a été fait sur France bleue Touraine le 10 octobre.
Entre diffusion de flyers sur le marché de Chinon et ce jour-là, plusieurs habitants de différentes communes se sont déclarés favorables à l’organisation de rassemblements dans leur propre commune au cours des prochains mois : Huismes (3 personnes) / Marcilly sur Vienne (1) / Artannes sur Indre (1) / Beaumont en Véron (1) / Léméré (1) / Loudun (3) / 
Azay Le Rideau (1)
---> recontacter ces correspondants  pour envisager leur mobilisation et leur implication (Françoise)

Prochains rassemblements :
Afin de confirmer la mobilisation depuis Chinon et se donner le temps de travailler à des mobilisations dans d’autres communes, décision de poursuivre les prochains rassemblements à Chinon à 18 h 30 : 

  • vendredi 2 novembre 
  • vendredi 7 décembre 
  • vendredi 4 janvier 2019 
  • vendredi 1er février 


Rassemblement du vendredi 2 novembre à 18 h 30 devant la mairie de Chinon :
Le témoignage d’une agricultrice dans notre Collectif nous rappelle que supprimer l’usage des pesticides de synthèse en agriculture, demande une organisation et un soutien d’envergure appropriés, de la part de l’Etat français, voire de l’Europe. 
Des mesures d’accompagnement en terme de formation et financier sont impératives et doivent être mises en place au plus vite.
Décision est prise de mobiliser les participants du rassemblement du 2 novembre dans cette perspective : “Que voulez vous dire à vos députés et sénateurs ?” --> recueil des souhaits pour que s’effectue cette transition.
Ces souhaits seront constitutifs d’un courrier envoyé aux députés et sénateurs d’Indre-et-Loire, responsables de l’élaboration et du vote des lois :
Philippe Chalumeau, 1ère circonscription député 
Daniel Labaronne, 2ème circonscription député  
Sophie Auconie, 3ème circonscription députée 
Fabienne Colboc, 4ème circonscription députée
Sabine Thillaye, 5ème circonscription députée
Isabelle Raimond Pavero, sénatrice
- Serge Babary, sénateur
- Pierre Louault, sénateur 

Organisation pour le 2 novembre :

  • Rédaction et impression de nouveaux flyers pour diffusion sur le marché de Chinon les 25 octobre et 1er novembre (Françoise)  / appel à bonnes volontés pour diffusion 
  • Réalisation de 2 panneaux  sur bâche : texte appel national “Nous voulons des coquelicots” / extraits du livre “Nous voulons des coquelicots” de Fabrice Nicolino - journaliste, un des initiateurs de l’appel (Marie-Christine / Xavier / Brigitte) 
  • Réalisation de “panneaux d’expression” grands formats + mise à disposition post-it, pour recueil des souhaits (Françoise)

Pour l’ensemble de ces panneaux grands formats, recherche de supports auprès du CPIE (Dominique)

  • Réalisation d’un dossier de presse pour la Nouvelle République + France bleue Touraine...etc... (Marie-Christine) 
  • Formulaire de déclaration du rassemblement à déposer en Mairie 3 jours au moins avant le rassemblement


Point d’information concernant la diffusion des flyers sur le marché de Chinon :
Vérification auprès de la police municipale suite à une interpellation de la placière lors de la dernière diffusion (Dominique).
La police municipale confirme le cadre de la loi de 2004, à savoir :
Les distributions de tracts sont possibles sur la voie publique sans déclaration ni autorisation préalables (principe de la liberté de la presse). Si un arrêté municipal impose une déclaration ou une autorisation, il est possible de porter plainte auprès du tribunal administratif ; c'est a priori un abus de pouvoir. Il est par contre interdit par le Code de la route de distribuer des tracts aux occupants des voitures sur les voies de circulation (donc même aux feux). Et en fin d'action, il vaut mieux ramasser les tracts jetés à terre s'il y en a.
Il est demandé que le tract ne soit pas noir et blanc mais comporte de la couleur. Que la mention de l'imprimeur ou "imprimé par nos soins" soit inscrite sur le tract ainsi que "ne pas jeter sur la voie publique". 
La distribution ne doit pas bloquer la circulation fluide du public.
 Il est "suggéré" par la police municipale d'informer le maire par mail "pour faire connaître notre association et notre action". Mais pas d'obligation donc.
 Les parkings des grandes surfaces sont considérés comme des espace privés ouverts au public. La distribution de tracts est soumise à la demande d'autorisation auprès du magasin.”
 
4/ Echanges, à partir des réflexions menées par la Commission Zéro déchets (M. Hélène, Françoise, Aurore, Isabelle, Xavier)  

L’ADEME nous rappelle “les avancées législatives importantes apportées par la loi de transition énergétique de 2015 dans les domaines de la prévention et de la gestion des déchets et, plus globalement, de l’économie circulaire, que les territoires devront rapidement prendre en compte, en termes de planification, mais aussi de gestion opérationnelle des déchets. 
Ainsi, la loi de transition énergétique pour la croissance verte définit des objectifs ambitieux :

  • réduire de 10 % les déchets ménagers (2020) ; 
  • réduire de 50 % les déchets admis en installations de stockage (2025) ; 
  • porter à 65 % les tonnages orientés vers le recyclage ou la valorisation organique (2025) ; 
  • recycler 70 % des déchets du BTP (2020). 

La réalisation de ces objectifs suppose de profondes évolutions quant aux flux mobilisés et l’organisation de leur traitement.
Par ailleurs, la loi portant sur la Nouvelle organisation territoriale de la république
 (loi NOTRE) confie désormais aux régions l’élaboration et le suivi du plan de prévention et gestion de tous les déchets , complété par l’intégration d’un plan économie circulaire, donnant ainsi une nouvelle dimension territoriale à la compétence déchets.
 “
 
Qu’en est-il aujourd’hui de la part du SMICTOM ?
Quelques actions : mais vont-elles assez loin pour être au niveau des ambitions ?
En exemple :

  • Un encouragement à la réduction de la consommation et au tri, noté “discrètement” dans des documents imprimés... 
  • Un défi “Zéro déchets” concernant quelques familles 
  • La distribution actuelle de containers dotés de puces permettant la mise en place d’une tarification de collecte selon les quantités de déchets déposées ; mais puces non activées, car projet repoussé après les prochaines élections municipales !

Le projet de reconstruction de l’incinérateur actuel, toujours en proximité du Centre hospitalier à Saint Benoit la Forêtn’est-il pas dans le fond, un empêchement à toute politique de réduction des déchets effective, car il faut “alimenter” cette installation ?
Le compte rendu de la réunion du SMICTOM de septembre 2018 entraine quelques inquiétudes, entre autres :
- résultats des analyses des fumées en octobre 2017 informant du dépassement des taux autorisés de dioxines ;
- indication d’une nouvelle étude pour augmenter encore la capacité de cet équipement, passant ainsi des 20 000 tonnes actuelles à 33 000  ;
- vote en mai 2018 des délégués du SMICTOM, contre le Plan régional de prévention et traitement des déchets n’autorisant pas la création, l’extension, la reconstruction d’installations de stockage et d’incinération ; ce, tant que la région sera en surcapacité de ce type d’équipements. 
http://www.smictom.com/wp-content/uploads/2018/09/Compte-rendu-CS-09072018.pdf   
pages 3-7

http://www.smictom.com/wp-content/uploads/2018/09/Compte-Rendu-CS26032018.pdf   page 8 

Quand sera t’il présenté un plan global de traitement des déchets ambitieux, de la part du SMICTOM ?

5 / L ‘Association pour la Santé, la Protection et l’Information sur l’Environnement (ASPIE) : mobilisation contre des pollutions de l’eau au centre hospitalier de Chinon
Après discussions, le Collectif estime ne pas avoir les compétences pour traiter de ce dossier et des données de l’étude portée par l’ASPIE. Il ne pourra donc se joindre à la mobilisation proposée.

6 / L’utilisation des fichiers de contacts du Collectif
Afin de ne pas démultiplier l’envoi de messages à ses sympathisants, il est rappelé que ce fichier du Collectif ne peut pas être utilisé pour donner des informations sur des initiatives sans pertinence locale, et ne relevant pas directement de ses activités et actions.

Et n’oublions pas de signer l’appel national “Nous voulons des coquelicots” : https://nousvoulonsdescoquelicots.org

Les prochaines réunions du Collectif 
Attention : changement de lieu de réunion : 56 rue jean-Jacques Rousseau dans l’ancien collège
.

  • Mercredi 14 novembre à 20 h, salle B 
  • Mercredi 12 décembre à 20 h, salle A

Bien cordialement.

Collectif Chinonais Environnement
http://collectifchinonaisenvironnement.hautetfort.com 

Écrire un commentaire

Optionnel