Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Prochaine réunion du Collectif : le mercredi 11 mars 2020 à 20 h.

Au CLAAC, 60 rue Descartes à Chinon.

Voir les comptes rendus des réunions du 12 février 2020, du 15 janvier 2020, du 11 décembre 2019, du 13 novembre 2019 et du 9 octobre 2019 en cliquant sur  "lire la suite"

Voici  le compte-rendu de la réunion du Collectif Chinonais Environnement du 12 février 2020.

1 / Suivi des simulations du “calculateur carbone”
Un point mensuel sera fait lors des réunions du Collectif.
Une suggestion pour préciser sa consommation carbone liée à l’alimentation : s’appuyer sur les tickets de caisse des commerçants.
Etant donné la difficulté pour plusieurs membres du Collectif à accéder à  ce calculateur sous format numérique, mise à disposition d’une demi-douzaine d’exemplaires imprimés lors de la prochaine réunion.

2 / COP régionale : journées de formation les lundi 16 et mercredi 18 mars
La Région Centre propose aux personnes s’étant déclarées “COPERATEUR.TRICE”, des formations liées à 2 jeux collectifs liés aux problématiques environnementales.

  • “La fresque du climat” : jeu de cartes permettant de réaliser les effets des différentes activités humaines sur le climat. L’enjeu étant un partage des connaissances entre les 6 à 10 participants par groupe constitué et de projeter des actions locales possible.

Information annexe : des personnes sont habilitées à ce jour en Touraine à former des animateurs susceptibles de mener ces jeux avec le grand public pour un coût de 500 Euros pour les associations (1500 pour une entreprise). Ce coût correspond à un animateur pour un maximum de 30 personnes réparties sur au maximum 8 tables. Il intègre les frais de déplacement de l'animateur.

  • “Invente ta vie bas carbone” : jeu permettant de visualiser les quantités de carbone émises par chaque domaine de notre activité et de travailler à les réduire ; en sachant que notre production de carbone en France par habitant est actuellement de l’ordre de 12 tonnes équivalent carbone, alors que pour limiter l’augmentation des températures en dessous de 2 °, il faudrait la réduire à 2 tonnes.

3 / Mise en place d’un observatoire des actions pour la transition menées par les communes et les Comcom de notre territoire
Suivi des actions positives et négatives ayant des effets environnementaux : les membres du Collectif font remonter ces informations pour chaque commune à Jean-Claude, qui en effectuera une synthèse.

4 / Participation de l’ASPIE à l’appel à projet du Conseil départemental "A vous de jouer" : un jardin sur le versant du coteau de Chinon en contrebas de la forteresse 
Pour avoir participé aux démarches avec l’ASPIE vis à vis du Département et de la Ville de Chinon, il y a quelques années pour mettre en œuvre ce projet, Marc rappelle le constat officiel de dangerosité de certaines zones du fait de cavités et la nécessité d’une mobilisation régulière des habitants pour entretenir cet éventuel espace de jardin.
Rappel est également fait de la nécessité de relancer la vie du quartier de la rue Voltaire avant toute chose, autour de carrés potager par exemple.

5 /  Programmation d’un ciné-débat le mardi 19 mai par le Collectif

Trois films pressentis à ce jour :
“ Le champ des luttes, semeurs d’utopie” de Mathilde Syre 
“ Lettre à G. - Repenser notre société avec André Gorz” - par un collectif
“ Tout est possible” de John Chester

Participation éventuelle de représentants du GABBTO pour un débat autour du soutien à l’agriculture et de sa conversion ? 

Ciné-débat à inscrire dans la manifestation régionale “Printemps citoyen 2020”

6 / Thèmes des prochains rassemblements “Nous voulons de coquelicots”
A travailler : l’usage des pesticides par la SNCF / l’usage des pesticides dans les cultures industrielles des fleurs coupées

7 / Création d’une antenne de l’association Zéro déchets Touraine à Chinon 

  • Formation des personnels de la crèche multi-accueil de Chinon 
  • Contacts pris avec les crèches d’Avoine, Beaumont, l’Epicerie solidaire 
  • Courant mars : permanences Zéro déchets à l’Ecrin à Chinon 
  • 17 mai : stand Zéro déchets dans le cadre du marché “Les puces des couturières”

7 / Informations diverses

  • Multiplication des coupes d’arbres ces derniers mois à Chinon sur la digue, dans les alentours de la piscine, place Mirabeau 
  • L’ensemble des arbres de la promenade du Dr Mattrais à Chinon, bénéficie depuis peu d’un classement 
  • Samedi 14 mars : portes ouvertes du lycée Cugnot à Chinon 
  • 16 mai : marche internationale contre Monsanto

Les prochaines réunions du Collectif au  :  C.L.A.A.C. , 60 rue Descartes à Chinon

  • Mercredi 11 mars à 20 h 
  • Mercredi 8 avril à 20 h 
  • Mercredi 13 mai à 20 h 
  • Mercredi 10 juin à 20 h

Voici  le compte-rendu de la réunion du Collectif Chinonais Environnement du 15 janvier 2020 :

1 / Décret concernant le démantèlement de l’Atelier des Matériaux Radioactifs de la centrale nucléaire de Chinon : avis du Collectif Chinonais Environnement 

Voici, après concertation, le texte envoyé à la Commission Locale d’Information (CLI) de la part du Collectif.

Lors de la présentation de ce programme de démantèlement à la CLI début 2017, le Collectif Chinonais Environnement avait voté contre sa mise en oeuvre, lui préférant une sanctuarisation sécurisée du site en l’état. Nous avions noté qu’une telle démolition de bâtiments couvrant 5 hectares était prévue pour durer de début 2021 à fin 2033, avec 27.000 tonnes de déchets à évacuer, dont 5.400 tonnes de déchets radioactifs à transporter et à stocker ailleurs en France; un chantier employant 100 personnes en moyenne avec des pointes à 200 personnes, une noria de milliers de transport de déchets de toute nature par camions, un budget prévisionnel non communiqué mais que l’on peut estimer à plusieurs centaines de millions d’euros. 

Depuis, l’état d’urgence climatique et environnemental qui a été décrété a renforcé notre conviction que l’heure n’est plus aux méga-chantiers de démolition-dispersion des installations nucléaires réformées, mais à leur sécurisation et à leur mise en cocon sur site. Les énormes moyens ainsi économisés doivent être ré-orientés vers la transition énergétique et écologique, vers la réduction drastique des droits de polluer chimiques et radioactifs des centrales nucléaires, et vers le renforcement de la résistance des sites nucléaires actuels aux séismes, aux inondations, aux sécheresses et aux risques d'attentats. 

Le Collectif Chinonais Environnement se prononce donc contre la promulgation de ce décret.

Questions échangées lors de la réunion :
Etant donné qu’il n’a pas été prévu que ce site nucléaire reste hors d’eau en cas d’inondation, tous les matériaux dangereux contenus dans cet Atelier, possiblement sensibles à l’eau, ont-ils déjà été évacués ?

2 / Première rencontre nationale du Mouvement des coquelicots à Paris, le samedi 15 février , alors que l’appel a été signé à ce jour par 1 024 700 personnes
Qui souhaite y participer ?
Brigitte Mansart y réfléchit.
La contacter en cas d’autres candidats possible : bmansart@orange.fr
Nous avons appris que 3 personnes, respectivement de Thouars, Montreuil Bellay et Saumur (issues du rassemblement des coquelicots de Saumur), participeront à cette rencontre nationale.

Prochains thèmes des rassemblements à Chinon devant la Mairie :

  • vendredi 7 février : Magali SAVATON, présidente du GABBTO  : présentation de son exploitation (élevage / production céréalière / transformation / vente...) ;
  • vendredi 6 mars : Romain FREDON, chargé de mission du GABBTO : les nouveaux fongicides regroupés sous le terme SDHI

Voir dans le journal Le Monde la tribune publiée le 22 janvier 2020 par 450 scientifiques à propos des SDHI : https://www.lemonde.fr/sciences/article/2020/01/21/pesticides-sdhi-450-scientifiques-appellent-a-appliquer-le-principe-de-precaution-au-plus-vite_6026712_1650684.html
Afin de démultiplier l’information concernant ces nouveaux fongicides, nous verrons à proposer à la Nouvelle République de traiter de ce thème.

3 / Comment travailler individuellement à la réduction de son bilan carbone ?

À partir du calculateur carbone et gaz carbonique, accessible par ce lien :  http://avenirclimatique.org/micmac/index.php      

Le travail effectué par plusieurs membres du Collectif révèle en fait un niveau d’exigence dans la réduction de notre consommation très importante, même si bien sûr il s’agit de commencer pour chacun par les mesures les plus faciles. Comment s’encourager collectivement ?  Par le partage d’informations, par des échanges sur nos manières de faire...

A noter la part importante de la consommation des équipements publics, qui se répartit en fait sur chacun d’entre nous. Il y a donc urgence à ce que les collectivités territoriales, l’Etat... amplifient leurs efforts de réduction notamment de consommation énergétique.       

4 / Points divers 

- Création d’une cellule militaire pour surveiller les opposants à l’agriculture industrielle – dite DEMETER – par le Ministre de l’Intérieur Christophe Castaner
Voir l'article de Reporterre en suivant ce lien.

- Comment donner un débouché à notre mouvement “Nous voulons des coquelicots” ?
Acheter collectivement une parcelle de terrain pour la mettre en culture biologique ?

- La programmation d’un ciné-débat d’ici l’été, sur un thème environnemental par notre Collectif  ?
A étudier.

Pour information, le CPIE programme un ciné-débat le mardi 2 juin sur le thème du niveau des eaux de nos fleuves et rivières, à partir du film “Quand la Garonne aura soif” avec les participants du mouvement des années 90 “Loire vivante”et du projet actuel du “Parlement de Loire”.
Ce ciné débat sera suivi le mercredi 3 juin d’une conférence débat avec  la juriste internationale Valérie Cabanès sur le thème : « Du droit des rivières et des fleuves » dans le cadre du cycle “ Quand le Chinonais entre en transition”. 

Les prochaines réunions du Collectif au  :  C.L.A.A.C. , 60 rue Descartes à Chinon

  • Mercredi 12 février à 20 h 
  • Mercredi 11 mars à 20 h 
  • Mercredi 8 avril à 20 h 
  • Mercredi 13 mai à 20 h 
  • Mercredi 10 juin à 20 h
  •  

Voici  le compte-rendu de la réunion du Collectif Chinonais Environnement du 11 décembre 2019 :

1 /  Compte rendu du mandat de représentation du Collectif Chinonais Environnement à la Commission Locale d’Information (CLI) de la centrale nucléaire de Chinon, par Michel Fiszbin

A - La situation générale d’EDF est mauvaise (incapacité à terminer l’EPR de Flamanville qui a dores et déjà pris 10 ans de retard / malfaçons et fraudes sur de nombreuses pièces et soudures de l’ensemble du parc y compris l'EPR / tenue aux séismes limite, constatée après l’amplitude imprévue du tremblement de terre du Teil en Ardèche le 11 novembre dernier / vieillissement du parc alarmant / déficit abyssal avec 37 milliards d’euros de dettes en aggravation d’année en année malgré les aides de l'État / filières de stockage des déchets nucléaires arrivant à saturation, etc…). 
Les pouvoirs publics et la presse parlent maintenant d’un plan de sauvetage de la filière nucléaire française suite au rapport Folz et à la mise en demeure du Ministre de l’Économie Bruno Le Maire. Il est question de reconquérir les compétences perdues pour réussir à finir l’EPR de Flamanville et pour construire à terme 6 EPR2 en remplacement de 14 vieux réacteurs (sur 58) dont la fermeture a été promise d’ici à 2035 (seule la fermeture des deux réacteurs de Fessenheim est programmée pour l’instant, en 2020). Il est question aussi de pousser à 60 ans les réacteurs qui le pourront, alors qu’ils ont été conçus pour 40 ans de service, et cela au prix d’un « grand carénage » lors de leur 40ème anniversaire pour un coût estimé à 100 milliards d’euros par le Cour des Comptes. 
Il est question aussi du plan « Hercule » du Président de la République visant à privatiser ce qui est rentable dans les activités d’EDF pour nationaliser à 100% la dette et les activités déficitaires. 
Globalement, on est plutôt dans une fuite en avant que dans l’organisation et la mise en oeuvre de la transition énergétique vers le renouvelable. Je vous renvois aux causes de la démission de Nicolas Hulot du poste de Ministre d’État à la Transition Écologique et Solidaire.
Pour qui veut approfondir :
- Deux liens vers des articles objectifs très récents sur le plan de sauvetage à 100 millions d’euros de la filière nucléaire d’EDF :
https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/12/13/edf-devoile-son-plan-industriel-pour-sauver-la-filiere-nucleaire_6022731_3234.html
https://www.connaissancedesenergies.org/afp/edf-promet-un-sursaut-de-lindustrie-nucleaire-apres-les-deboires-de-flamanville-191213
- Un lien vers le récapitulatif très résumé des incidents et accidents rendus publics par EDF et l’ASN survenus sur l’ensemble des centrales françaises, des plus récents au plus anciens, y compris ceux concernant Chinon, très facile à lire :
https://www.sortirdunucleaire.org/Nucleaire-des-accidents-partout

B - L’actualité de la centrale de Chinon

La fin du démantèlement des 3 premiers réacteurs (tranche A), mis en service de 1963 à 1966 et mis à l’arrêt définitif de 1973 à 1990, a été reportée au début du siècle prochain. Ces trois réacteurs ont dans leurs coeurs environ 5.000 tonnes au total de blocs de graphite qu’EDF ne sait pas démonter à ce jour. Il faudra dans les 20 ans pour mettre au point sur le site de Chinon une technique avec des robots télécommandés (en partenariat avec Véolia, sur une maquette grandeur nature), puis une vingtaine d’années pour tester cette technique sur le démontage du réacteur A2 de Chinon (qui servira de tête de série), puis une quarantaine d’années minimum pour démanteler un par un les 2 autres réacteurs au graphite de Chinon et les 4 autres en France (2 à Saint Laurent des Eaux et 1 à Bugey). C’est un marché important pour EDF et Véolia puisqu’il y a 60 de ces réacteurs de première génération au graphite à démonter dans le monde. Il n’y a pas d’exutoire à ce jour pour stocker ensuite ces blocs de graphite radioactif… mais il en sera créé un d'ici là quelque part en France.

Le démantèlement de l’AMI (Atelier international des Matériaux Irradiés, sur 5 hectares) débutera en 2021 pour se terminer en 2033. Cet atelier a été en service de 1963 à 2015, et il a été remplacé depuis par un nouvel atelier, le LIDEC, toujours sur le site de Chinon. 

Le Magasin Inter-Régional (MIR) de combustible neuf, dont le stock situé dans l’enceinte de la centrale de Chinon alimente environ la moitié du parc nucléaire français, a subi d’importants travaux et il est en train d’être remis en service. Ce magasin occasionne de nombreux transports routiers et ferroviaires de combustible neuf autour du terminal d’arrivée et de départ de la gare de Port Boulet.

Les 4 réacteurs en service de la tranche B commenceront à subir leur visite des 40 ans (grand carénage) à partir de 2023 et jusqu’à 2030 environ (ils ont été mis en service en cascade dans les années 80). Chaque visite durera environ un an, soit le double des visites décennales habituelles. Ce sera d’énormes chantiers qui se préparent dès maintenant, avec des milliers de travailleurs sous-traitants. L’ambition de la direction de la centrale est de pousser ces 4 réacteurs à 60 ans, tout en préparant l’éventuelle construction de 2 EPR2, si l’État en décide ainsi. Ce pourrait être la raison pour laquelle EDF est en train de racheter 135 hectares de terres naturelles et agricoles inondables jouxtant les 125 hectares du site actuel. Seul le nouveau PLUi élaboré actuellement par la Conmmunauté de Communes aurait pu empêcher ces rachats « mystérieux", mais ça n’est bien sûr pas le cas. La quasi totalité des grosses centrales rachètent actuellement des terrains pour s’agrandir et faire face à une éventuelle relance du nucléaire en France sans démantèlement concomitant du parc actuel. 

Parmi les autres gros chantiers survenus à la centrale, il faut noter l’achèvement (avec retard) de la construction de 4 énormes bâtiments à côté des 4 réacteurs en service : les diesels d’ultime secours (DUS) antisismiques et sur pilotis, à 35 millions d’euros chacun, pour continuer à alimenter en électricité les systèmes de refroidissement des réacteurs en cas de catastrophe ultime. La décision de construire ces DUS partout avait été prise après la fonte de 3 coeurs de réacteur à Fukushima en mars 2011 après défaillance de toutes les alimentations de secours en électricité. 

Le bilan sûreté/sécurité 2019 de la centrale de Chinon établi par EDF et l'ASN est le suivant :
- 35 défaillances d’exploitation ou d’équipements, pareil qu’en 2018
- 18 accidents du travail, mauvaise année
- La radioprotection des travailleurs est satisfaisante mais s’est un peu dégradée
- Les périodes d’arrêts pour maintenance, contrôles, rechargements et réparation ont été plus nombreuses et plus longues que prévues, d’où un rendement en baisse. Deux réacteurs sont actuellement à l’arrêt : l’un pour sa troisième et longue visite décennale des 30 ans, l’autre pour changer les rotors de la turbine qui se sont mis à vibrer de manière inattendue. 

La cause de la concentration excessive en tritium radioactif relevée en janvier 2019 dans la Loire à Saumur n’a pas été trouvée à la centrale de Chinon par EDF, l’ASN et l’IRSN. Les investigations sont closes de leur côté. Seules les centrales nucléaires produisent et rejettent ce tritium dans l’atmosphère et dans les eaux de refroidissement, en vertu d’un droit à polluer spécial dont jouit l’industrie nucléaire. Ce sont ainsi des dizaines de substances chimiques et radioactives que les centrales ont le droit de rejeter sous formes liquide et atmosphérique, en les échelonnant et en les diluant pour ne pas dépasser les seuils qui leur sont spécialement autorisés. Cet incident aura eu le mérite de faire prendre conscience au grand public de la pollution chronique due au centrales nucléaires, et aux habitants de centaines de communes que leur eau du robinet pompée dans les cours d’eau contient des traces de tritium radioactif… Mais absolument rien de dangereux selon les pouvoirs publics. 

Le dossier actualisé « pollution au tritium de l’eau potable » de la CRIIRAD (laboratoire indépendant très fiable, tout comme l’ACCRO qui a effectué les mesures à Saumur) est consultable en suivant ce lien : http://www.criirad.org/eau%20potable/eau_potable.html 

La prochaine réunion publique de la CLI (une réunion publique par an obligatoire) aura lieu en mars 2020 et son sujet sera : « Je travaille à la centrale / j’habite près de la centrale : quelles sont les incidences sur ma santé ? ». Je vous donnerais la date et le lieu dès qu’ils seront décidés. Ce sera comme toujours une grand messe lénifiante dite par EDF, l’ASN et l’IRSN depuis la tribune, mais nous pouvons essayer de faire entendre un autre son de cloche depuis la salle… 

En conclusion, je vous rappelle que j’essaie depuis plus d’un an de me faire remplacer à la CLI par un·e volontaire du Collectif. Je suis à la disposition de quiconque serait intéressé pour organiser une passation en douceur… Moi, je n’ai plus la patience  :=)))

Michel Fiszbin

2 / Mobilisation internationale pour le climat, du vendredi 29 novembre 
Cette manifestation à l’initiative du Collectif Chinonais Environnement, a réuni de manière bien organisée entre 150 et 200 personnes, pour moitié des lycéens. 

3 / COP régionale / LIVRE BLANC des associations 
Ce Livre Blanc signé par le Collectif Chinonais Environnement, avec 230 autres associations de la Région Centre, est une contribution à la COP régionale dont l‘objet est de réduire fortement la production des gaz à effet de serre, grâce à l’effort conjugué des citoyens, des associations, des collectivités territoriales, des entreprises, des banques...
Remarque : bien qu’intéressantes, les propositions qui y sont contenues manquent de précisions.

4 / Comment travailler individuellement à la réduction de son bilan carbone ?
Jean-Claude nous propose de travailler lors de la prochaine réunion du Collectif , à partir du calculateur carbone et gaz carbonique, accessible par ce lien :  http://avenirclimatique.org/micmac/index.php

Je propose que chacun prépare en amont de la réunion du 15 janvier :
- une simulation de sa consommation au 31/12/2019.
- une simulation budget objectif 2020 ( les efforts qu'il s'engage a faire en 2020)
- une simulation à 5 ans (2025)” 

Dans cet ordre d’idée, Béatrice nous transmet l’information et l'Appel à entrer en Résistance Climatique suivant à signer : http://www.resistanceclimatique.org/je_signe?recruiter_id=1644 
Un extrait :
J'entre en Résistance Climatique !
Je décide de transformer ma vie en profondeur pour créer la possibilité d’un futur heureux pour les humains sur Terre.
Dans les 2 à 5 ans qui viennent, je m’engage à :
- ne plus prendre l’avion et rouler moins de 2 000km/an en voiture
- me nourrir d’aliments 100 % bio, locaux, de saison, en mangeant de la viande 1 à 2 fois par mois au plus
- ne plus acheter d’appareils électroniques neufs (ordinateurs, écrans, smartphones…)
- demander à l’’État et aux entreprises de tenir l’engagement de la France en divisant par 4 nos émissions de gaz à effet de serre

Les prochaines réunions du Collectif 
Attention, le lieu de réunion du Collectif a changé depuis le mois de septembre : C.L.A.A.C. , 60 rue Descartes à Chinon

  • Mercredi 15 janvier à 20 h 
  • Mercredi 12 février à 20 h 
  • Mercredi 11 mars à 20 h 
  • Mercredi 8 avril à 20 h 
  • Mercredi 13 mai à 20 h 
  • Mercredi 10 juin à 20 h

Voici  le compte-rendu de la réunion du Collectif Chinonais Environnement du 13 novembre 2019 :

1 /  Gestion des  déchets lors des manifestations publiques / charte municipale
Compte rendu de réunion avec Mr Guillard, 4ème adjoint Chargé de l'Environnement, et Mr Guesnand, chef du service « environnement ».
 L’objectif pour le Collectif était :
- de mesurer si l’invitation faites aux associations organisatrices d’événements à signer la charte, avait été suivie d’effets et d’en connaître l’impact ; 
- faire part de nos constats de dysfonctionnements ;
- présenter les ressources et propositions du Collectif pour l’amélioration de la gestion des déchets lors par exemple de la braderie de printemps, Chinon en fanfare, Chinon classique, du Marché médiéval, du Marché à l’ancienne, Nocturne gourmande, les festivités de Noël, les manifestations sportives, des courses hippiques... 

Lancée il y a deux ans, cette charte fait partie du dossier à remplir pour organiser un évènement. 
Des réunions entre organisateurs et services techniques permettent d’insister sur les bacs mis à disposition, leur emplacement, la distribution des sacs jaunes et noirs...
Ces informations ont visiblement peu d’effets sur l’ensemble des associations qui parfois participent à un même événement et nous sommes loin de l’utilisation de vaisselle réutilisable,  de la  collecte séparée des fermentescibles, de la gestion des « restes » avec les associations caritatives, d’une limitation des jetables….
La mairie ne conduit pas d’évaluation systématique des effets de la charte et n’identifie pas clairement les mesures d’amélioration à engager. 
Même si le diagnostic précis par manifestation n’est pas réalisé, le constat global est que, malgré la charte, les volumes de déchets augmentent.
 Plusieurs points de la discussion sur les améliorations à prévoir ont été renvoyés à la responsabilité du SMICTOM ou /et de la Communauté de communes.
 Le Collectif a insisté sur le fait que ces évènements associatifs pouvaient être le vecteur de  diffusion d’informations et d’apprentissage de pratiques sur la prévention de déchets auprès de leurs membres et auprès du public. 
Il a proposé : 
- de faire connaître les expériences très réussies menées à ce propos par la commune de St Catherine de Fierbois et le festival  « Terres de son » ; 
- de participer à la conception de panneaux à réaliser pour l’information du public (par exemple dans des manifestations à guichet d’entrée) voire à tenir des stands d’information dans quelques évènements ciblés avec les organisateurs ; 
- d’être associé à une réunion des associations, envisagée sur ce sujet.
Ces propositions ont été prises en note mais n’ont pas fait l’objet d’une manifestation d’intérêt particulier.

Pour avancer dans cette situation le Collectif décide de rencontrer directement le nouveau Président du Marché médiéval.

2 / Plan Local d’Urbanisme Intercommunal-Habitat (PLUI-H) : 
planifie les règles d'urbanisme / fixe les orientations d’aménagement et d’habitat / permet de définir un projet urbain

à l'échelle intercommunale / se construit en concertation avec les citoyens.

        Chaque citoyenne et citoyen est invité à y participer. Les modalités de participation y sont indiquées .
        
        Etant donné l’importance et la complexité des documents , plusieurs propositions d’intervention sont faites :
        - reprendre les arguments développés par le Conseil de développement ;
        - reprendre les questions soulevées par les avis des personnes associées, par exemple le conservatoire des espaces naturels ;
        - se saisir d’un sujet soulevé par la Confédération paysanne à propos de 130 hectares qui sont réservés pour les activités à venir du site nucléaire et ainsi soustraits à l’activité agricole
 : https://indre-et-loire.confederationpaysanne.fr/actu.php?id=9414&PHPSESSID=oklni6nmapnthu02ssk2ooon66
        - souligner le fait que globalement ce PLUI-H ne met pas en première ligne la question environnementale, qu’il ne la cite que parmi d’autres thématiques.                                                                                                           Qu’en est-il de la création de véritables ceintures maraichères autour des villes, d’un renforcement nécessaire de l’autonomie agricole et alimentaire,  d’une limitation des nuisances par les                                 pesticides ?
        Qu’en est-il d’un soutien aux modes de déplacement alternatifs à l’automobile et du rôle du rail dans une telle perspective ?

3 / Mobilisation internationale pour le climat, du vendredi 29 novembre 
Le Collectif Chinonais Environnement prend l’intitiative d’un rassemblement à 15 h. devant la Mairie de Chinon, suivi d’une manifestation empruntant le parcours suivant : rue JJ Rousseau / rue Philipe de Commines / place J. d’Arc / quai / statue Rabelais / rue du Grenier à sel / rue du Commerce / place du Gal de Gaulle.
Déclaration préalable de la manifestation.

4 / Initiatives régionales : 

  • “Printemps citoyen 2020” : la Région Centre réitèrera en mai cette manifestation, qui vise à soutenir toutes initiatives citoyennes visant à mobiliser du débat public.

Le Collectif a eu plusieurs initiatives dans ce cadre en 2019. La réflexion quant à sa participation est à mener pour 2020.

  • La COP régionale : un LIVRE BLANC des associations

Une soixantaine d’associations en Région Centre se sont mobilisées pour rédiger une Livre blanc, reprenant plusieurs thèmes : Agriculture et alimentation / Aménagement durable / Mobilité et transports / Habitat et précarité énergétique / Sobriété énergétique et modes de vie.
Ce Livre  blanc faisant état d’analyses et de propositions concrètes, notamment aux collectivités territoriales, sera versé comme contribution à la COP régionale.
Sa rédaction se terminant, il sera proposé à la signature des associations, dont celle de notre Collectif d’ici quelques jours.

5 / Campagne glyphosate : résultats des analyses
Les résultats de cette campagne d’analyses d’urine menée par 36 Chinonais ont été présentés lors du Rassemblement des coquelicots le 1er novembre dernier. (article de la NR en pièce jointe + présentation statistique des résultats).

6 / Rassemblement des coquelicots du 6 décembre de 18 h 30 à 19 h 30, devant la Mairie de Chinon
Intervenante : Magali SAVATON sera invitée à présenter l’exploitation agricole menée à Courcoué (37) avec son mari, Samuel Savaton.  
Ils y conjuguent plusieurs activités : grandes cultures + élevage + transformation + vente. 
Magali Savaton est en outre Présidente du GABBTO (Groupement des Agriculteurs Biologiques et Biodynamiques de Touraine).

Annulation du rassemblement des coquelicots du 3 janvier 2020.

7 / Déviation de l’Ile Bouchard et impact sur le Chinonais
3 associations ( “Ensemble et vigilants face aux inondations dans le Bouchardais”, “ Parlons de demain ! ”, la SEPANT ) nous alertent sur un projet de déviation au nord de l’Ile Bouchard  qui avait été formulé en 2012, puis abandonné et qui est à nouveau d’actualité ; les travaux ont commencé. 
Le tracé prévoit son aboutissement à Chinon, quartier Saint-Lazare, par un rond-point.
Ces associations se mobilisent autour de plusieurs questions, notamment :
- les problèmes écologiques posés par cette nouvelle construction ;
- les inondations probablement renforcées par la construction d’un pont au niveau de Tavant, étant donné l’implantation des piles dans le lit de la Vienne ;
- la suscitation d’un flux routier encore plus important qu’il ne l’est , alors que les planifications urbaines en cours énoncent des projets de développement de circulations douces... 
L’adoption en cours du PLUI-H est saisie pour soulever une dizaine de points de ce projet en contradiction avec ce Plan ---> rencontre du Commissaire enquêteur et tentative d’obtenir au moins des mesures compensatoires.

8 / Questions diverses

 “ Jai Jagat” : grande marche internationale pour la justice et la paix
Cette marche commencée en Inde le 2 octobre 2019 se terminera à Bruxelles fin septembre 2020. Elle sera relayée par des marches locales le long du parcours.
Expression des mouvements non violents, elle a pour objectifs le changement du modèle économique actuel, l’élimination de la pauvreté et de l’exclusion sociale, le respect des droits des paysans, le respect des équilibres écologiques, la solidarité internationale, le rejet des guerres et des violences.

A cette occasion, les associations “Peuples solidaires” et “Voyage textile” seront à l’initiative d’un ciné-débat en début d’année 2020 à partir du film “Million can walk”, que le Collectif soutiendra par la diffusion de son information dans ses réseaux.

Voici  le compte-rendu de la réunion du Collectif Chinonais Environnement du 9 octobre 2019 :

A cette réunion ont participé 2 élèves des lycées Cugnot et Rabelais .

1 /  Suites des 2 derniers rassemblements pour le climat à Chinon
A noter que ces 2 rassemblements ont vu la mobilisation de nombreux lycéens. 
Comment travailler tous ensemble à une diffusion plus large des informations liées par exemple au réchauffement climatique, à la baisse importante de la biodiversité... ?
Et comment organiser des actions concrètes pour par exemple limiter la production et faire s’arrêter la dispersion des déchets dans la ville, bénéficier d’une alimentation saine et locale dans les établissements publics, arrêter le gaspillage alimentaire, interroger la consommation actuelle des vêtements et des nouvelles technologies...?
Des éco-délégués vont être élus au cours de ces prochains jours dans les lycées Rabelais et Cugnot. Ils peuvent être moteurs et coordonnateurs de différents projets.

- le CPIE a pris l’initiative d’organiser un cycle de 8 conférences et débats à Chinon en 2019 et 2020 sur les questions écologiques, pour encourager nos territoires à s’engager dans des projets de transition. Les chercheurs invités pour ces conférences en 2020, interviendront également spécialement au lycée Rabelais auprès des élèves.
Le CIE intervient également dans ce lycée sur la question du tri des déchets.
- le cinéma Rabelais travaille régulièrement avec les établissements scolaires. Il est possible dans ce cadre d’organiser des projections de films-débat sur les questions environnementales, qui réuniraient les élèves des lycées Cugnot et Rabelais.
- le Collectif Chinonais Environnement peut mettre à disposition ses compétences et savoir-faire pour soutenir des projets élaborés par les lycéens.

De la même façon que le Collectif a rédigé depuis ses points de vue un texte pour que Chinon devienne une ville en transition, les lycéens peuvent-ils élaborer un texte qui exprimerait ce que serait pour eux “Chinon en transition”, à partir de leurs analyses et besoins ?

2 / Compte-rendu du groupe de travail biorégion/bioterritoire 
La conférence débat organisée par le CPIE le 29 mai dernier invitait la journaliste environnementale Agnès SINAI à présenter un scénario de biorégion pour l’Ile de France auquel elle a contribué.
Ce que l’on définit comme biorégion est un territoire qui n’est pas un territoire administratif, mais un territoire de vie, qui développe des projets qui tendent à renforcer son autosuffisance dans les domaines de la production et la consommation alimentaires saines et locales, qui développe les énergies renouvelables, soutient la diminution des déplacements motorisés de ses habitants par l’instauration de transports collectifs et de circulations douces afin de restreindre la production des gaz à effet de serre ; un territoire où s’exerce une gouvernance démocratique...
Plusieurs membres du Collectif se sont mis à réfléchir sur un scénario de bioterritoire pour le Chinonais. Ils ont commencé à en définir les caractéristiques et une délimitation sur carte. 
Le premier projet sur lequel ils travaillent, est l’élaboration d’un cahier des charges des habitants, pour un Projet Alimentaire de Territoire.

Après une première définition de ce projet, l’enjeu sera de le parfaire avec différents partenaires. En exemple : l’association des Amis de la Confédération paysanne.
Puis de le travailler dans le cadre d’ateliers avec les habitants.
L’enjeu étant de présenter ces travaux aux prochains candidats pour les élections municipales.

3 / Projet de jardinage partagé dans le quartier des Courrances ? 
Le Collectif Chinonais Environnement a été à l’initiative il y a 4 ans de la création de l’association des Jardiniers des Hucherolles qui développe aujourd’hui des activités de jardinage collectif, gère un poulailler, mène une activité de répare-couture...Son soutien a été demandé par des habitants des Courrances pour créer dans ce quartier une association et des activités équivalentes.
Avec le concours du CLAAC, une dizaine de carrés potager et deux récupérateurs d’eau ont été installés, des animations ont été menées pour mobiliser les habitants, mais sans grand succès.
Le Collectif peut-il prêter main forte pour structurer un projet dans ce second quartier ?
Sans mobilisation réelle et de long terme des habitants eux-mêmes, cela semble voué à l’échec ; mais le Collectif propose un grand coup de main si nécessaire, pour planter par exemple des arbres fruitiers, des herbes condimentaires dans les carrés demandant peu de soin...

4 / Prochains rassemblements des coquelicots 
Lors du rassemblement du 4 octobre ont été définis collectivement les prochains thèmes :

  • 1er novembre – 14ème rassemblement : présentation publique des mesures des taux de glyphosate dans les urines de 36 habitants du Chinonais et de Touraine

Plusieurs autres thèmes ont été proposés pour les rassemblements suivants : 

  • Pratiques de la SNCF dans l’entretien des voies de chemin de fer
  • Les tissus pollués par les pesticides
  • Invitation d’un Maire ayant opté pour un arrêté de mise à distance entre le traitement des parcelles agricoles et les habitations
  • Invitation d’un viticulteur pratiquant la culture biologique
  • Invitation d’agriculteurs pratiquant grandes cultures + élevage + transformation + vente, dans le cadre de leur exploitation
  • Invitation des responsables des listes candidates aux prochaines élections municipales
  • Les SDHI, nouveaux fongicides puissants dont l’utilisation se développe
  • Débattre de ce qu’est une ville en transition
  • le développement des bonnes pratiques environnementales dans les gites ruraux et chambres d’hôtes du Chinonais

Et...et...renouveler le partage de “soupes maison”.

5 / Réactivation d’un projet d’intervention dans le lit de la Vienne
Dans le cadre du projet “Chinon cœur de ville”, se réactive un projet de construction (éphémère) dans la Vienne.
Le Collectif a déjà affirmé au cours des années passées son opposition à toute intervention dans la Vienne qui viendrait bouleverser son écosystème.
Le Collectif décide de renvoyer un courrier à ce sujet aux autorités concernées.

6 / Enquête nationale sur le vélo - https://www.parlons-velo.fr/
La FUB- Fédération française des Usagers de la Bicyclette - lance la seconde édition de l'enquête intitulée: "Baromètre Parlons vélo des villes cyclables 2019"!
A cette occasion, tous les cyclistes sont invités à répondre à cette enquête nationale sur le vélo. Le baromètre reflète la satisfaction des cyclistes dans les villes françaises et crée de la "science cyclable" à partir de l'expression massive du ressenti des usagers du vélo.

La Ville de Chinon avait été sélectionnée en 2017 parce qu’une soixantaine de personnes avaient répondu.
Cette seconde édition fournira des analyses comparatives fines sur l'évolution des différents indicateurs entre 2017 et 2019 au sein de notre ville.

Écrire un commentaire

Optionnel